Voile vers Byzance: Nouvelles au fil du temps, tome 3, 1981-1987

Blurb:

(from Flammarion 2003)

Robert Silverberg, né à New York en 1935, est une des grandes figures de la science-fiction américaine. Auteur d'une œuvre impressionnante sur le double plan de la quantité et de la qualité, aussi à l'aise dans le roman (il en a une centaine à son actif, dont une bonne vingtaine de chefs-d'œuvre) que dans la nouvelle, il jouit aujourd'hui d'une notoriété et d'une considération égales à celles d'un Bradbury ou d'un Asimov, avec qui il a conjugué son talent pour l'écriture de trois romans.

Comment va se comporter ce musicien maudit projeté de son XVIIIe siècle dans le futur grâce à un « harpon » temporel? Et cet homme surgi par accident d'un univers parallèle pour se substituer à son (presque) double? Et cet informaticien qui, dans une ambiance de guerre froide, a vou son ordinateur à la création d'une armée d'anges virtuels?

Ce troisième des quatre volumes rassemblant plus ou moins dans l'ordre de leur composition les nouvelles les plus significatives d'une œuvre qui en compte près d'un millier — choisies et présentées par l'auteur, qui a écrit une introduction pour chacune d'entre elles — couvre les années 1981-1987. Une période où Silverberg renaît d'un silence de cinq ans et cède, malgré ce qu'il lui « en coûte de sueur et de tracas », à « la nécessité de (se) mesurer aux exigences rigoureuses de la forme courte ». Car, dit-il, « mon karma le veut ainsi (...) si j'ai écrit toutes ces histoires, c'est surtout parce qu'il m'était imposssible de ne pas les écrire ».

Dans cette « manière d'autobiographie par le détour de la fiction », on pourra donc non seulement suivre le parcours d'un auteur-phare du domaine, mais revisiter sous un angle original l'histoire de toute la S.-F. moderne.